SERIE // Zombie 2.0 dans « Santa Clarita Diet »

lundi 24 juillet 2017


J'adore les zombies (voilà, c'est dit).

J'ai vu plein de films de zombies (des superproductions comme "World War Z" aux films potaches comme "Shaun of the Dead" en passant par des films nul sans budget), j'adore évidemment les séries de zombies ("The Walking Dead", "Z Nation") et même les bouquins sur les zombies (« Guide de survie en territoire zombie » de Max Brooks, et puis bien sûr les comics "The Walking Dead"). Sinon je suis très stable psychologiquement.

Un soir que je traînais sur Netflix, je suis tombée sur le visage de Drew Barrymore (que j'adore), mais le nom de cette série ne me disait rien – mais vraiment rien – du tout : 
« SANTA CLARITA DIET »
Sérieusement c'est quoi ce nom ?

Bon, j'ai quand même regardé le résumé et là j'ai vu le mot magique : zombie.


Sheila Hammond et son mari Joel sont deux agents immobilier qui vivent leur petite routine dans une banlieue résidentielle plus que paisible, un peu à la Desperate Housewives (d'ailleurs Carlos Solis – oups Ricardo Chavira – joue le rôle du voisin).
Un jour, en pleine visite avec des clients, Sheila est prise d'une violente nausée (violente c'est le mot). Quelques jours passent et d'autres symptômes troublants apparaissent, si bien que les Hammond doivent se rendre à l'évidence : Sheila est morte.
Pourtant, elle se sent plus vivante que jamais, n'a presque plus besoin de dormir, et devient impulsive tant dans ses actes que dans ses paroles.
Seul petit hic : Sheila devient addict de viande fraîche (mais vraiment addict). Au début, elle se contente d'acheter au supermarché du bœuf haché qu'elle mange cru, jusqu'au jour où, prise d'une impulsion inexplicable, elle dévore un homme : à partir de ce moment, elle ne peut plus se résoudre à manger autre chose que de la chair humaine.

Donc il s'agit bien sûr d'une comédie. Il n'y a pas de message ou de profondeur, ça parle d'une meuf qui devient un zombie et qui va essayer d'avoir toujours un humain à disposition dans son congélateur, tout en jonglant entre sa vie de couple, son ado à gérer et son job.


~ Pourquoi il faut se laisser tenter ? ~

// C'est facile à regarder
Les situations sont très simples et c'est peut-être ce qui fait que ça fonctionne aussi bien. Il y a peu de personnages et ils ont chacun leur rôle précis : Joel, le mari aimant qui va tout faire pour comprendre ce qui arrive à sa femme et l'aider ; Abby, leur fille adolescente rebelle ; Dan Palmer (Carlos Solis), le voisin curieux et - évidemment - flic ; Eric Palmer, le geek gentil qui déteste son beau-père... Leur simplicité fait leur force. C'est une série qui se regarde en divertissement le soir en rentrant du boulot, sans prise de tête. En plus, les épisodes durent seulement 30 minutes et il n'y en a que 10 (une saison 2 est prévue!).


// C'est drôle
Ça semble vite naturel pour Sheila et sa famille d'admettre qu'elle est un zombie, et c'est là qu'on rentre tout de suite dans le comique de la situation ! Ensuite, tout au long de son petit périple pour se découvrir et savoir comment vivre avec cette particularité, ses prises de décisions sont toutes plus cocasses les unes que les autres. Comment subvenir à son besoin de chair fraîche ? Que faire des restes d'un homme qu'on a dévoré dans son jardin ? Que faire quand on commence à se décomposer ? Ce qui est drôle aussi, c'est qu'on se dit qu'à sa place, on aurait pu faire les mêmes choix. Par exemple, quitte à devoir tuer des hommes, autant choisir des pédophiles.

// C'est tout public
L'avantage de cette série par rapport à un classique du genre c'est qu'ici même celui qui n'aime pas du tout les zombies pourra adorer ! On n'est pas dans « le zombie est méchant il faut lui mettre un coup en pleine tête pour sauver les gentils » (beau résumé hein?). Il n'y a pas de maquillages incroyables ni de scènes gores (tu peux regarder avec ton enfant de 5 ans si tu veux) : ça se rapproche beaucoup plus de Desperate Housewives que de The Walking Dead ! Comme je l'ai dit plus haut, c'est détente et rigolade.

// C'est Drew Barrymore
Je l'ai déjà dit, j'aime beaucoup cette actrice / productrice (Charlie et ses drôles de dames, Bliss, Scream, E.T. L'extraterreste...) Elle est parfaite dans ce rôle et reste hyper classe même avec un bras dans la bouche. Au-delà de ça, c'est une force pour Netflix d'avoir une vraie célébrité dans son casting ; pour ma part, c'est ce qui m'a donné envie commencer la série ! J'ai entendu dire d'ailleurs qu'il y aurait bientôt de plus en plus de visages familiers dans les programmes Netflix (Emma Stone, Naomi Watts).


« Santa Clarita Diet » (ça veut dire le régime de Santa Clarita, qui est le nom de la ville où ça se passe – pas si bête finalement) n'est pas juste une énième série de zombies. J'ai trouvé ça très bien fait, j'ai ri, et ça renouvelle le genre dont je croyais avoir fait le tour depuis un moment. 

Alors, vas-y sans te poser de question, et bon appétit !


Tu l'as vu, toi ?
Est-ce que tu es aussi zombivore que moi ?  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire